Présidentielle 2017 : Les Politiques et le Ferroviaire – 2ème Tour

Deuxième Tour

-223Jours -10Heures -47Minutes -18Secondes

 

Ceci est ma propre enquête sur le monde politiques et les éventuelles proposition  pour améliorer le ferroviaire car il faut dire que la situation du ferroviaire aujourd’hui est catastrophique.

Vous allez donc voir mes différentes recherches sur les différents candidats qui ont était choisis suite au premier tour avec différentes citations d’articles avec leurs sources.

Je tiens à préciser que je suis apolitique et que mon opinion sur cet article sera Neutre.

Mon Enquête Candidat par candidat :

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron, candidat à l’élection présidentielle, a indiqué vendredi qu’il confirmerait s’il était élu « trois grands projets » d’infrastructures « en cours », dont la nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin

Je confirme les trois grands projets en cours dont les déclarations d’intérêt public sont en train d’être obtenues, c’est à dire le Bordeaux-Toulouse (…), le Lyon-Turin et le canal Seine-Nord

Source

Dès 2014, selon L’Express, des centrales syndicales ont sollicité Emmanuel Macron« pour lui faire part de la situation de la filière ferroviaire ». Une importante fédération, poursuit l’hebdomadaire, écrivait au ministre : « A l’horizon 2017, la charge de la filière française sera de 0 caisse/wagons, avec seulement 300 en optionnel et 200 en prévisionnel. Les principales causes de ce déclin sont essentiellement liées à une mauvaise politique sur le volume TGV, une absence flagrante de schéma gouvernemental et l’abandon du fret ferroviaire. »

Source

Le délégué syndical FO d’Alstom est déçu qu’Emmanuel Macron, en déplacement mardi, dans le Valenciennois, ne s’arrête pas dans une entreprise ferroviaire, «s’il ne voulait pas venir chez Alstom ou Bombardier. Il pouvait aller chez un sous-traitant comme chez MTM à Saint-Amand (ex-Deprecq). J’ai l’impression que l’État n’a pas pris la mesure de l’urgence de la situation.

Source

Note :

Ces déclarations sont pourtant à prendre au pincette vu que les « Bus Macron » qui ont lourdement impacté le ferroviaire sont en faillite : Source

Résumé sur ces positions ferroviaire :

-Pour la LGV Bordeaux-Toulouse

-Pour le projet Lyon-Turin

-à visiblement ignorer l’alerte concernant Alstom

 

Marine Le Pen

Pour la patronne du Front National, il s’agit « d’une mission régalienne de l’Etat », et les politiques des collectivités locales doivent être harmonisées avec la création d’une « structure commune ». La candidate frontiste veut aussi rétablir un « système ferroviaire intégré autour de l’opérateur historique »

L’ouverture à la concurrence n’est pas forcément une mauvaise chose à partir du moment ou elle est perçue comme un moyen et non pas comme une fin en soit.

« Nous soutiendrons » :

  • toute mesure visant à l’équilibre et à la complémentarité entre les moyens de transport
  • toute mesure visant à désengorger le réseau routier et un certain nombre de nœuds ferroviaires, notamment dans le domaine du fret
  • toute mesure visant à assurer la sécurité des passagers dans les transports collectifs
  • toute mesure visant à défendre le principe de la continuité de service dans les transports publics (ce principe s’inscrivant dans la définition même du service public).

Propositions :

  • la mise en œuvre d’un cadre réglementaire fixant les structures et le périmètre du service public, ainsi que le positionnement et les responsabilités des acteurs publics ou/et privés.
  • concernant le fret, favoriser la mise sur les rails d’opérateurs ferroviaires de proximité permettant de massifier les flux à des coûts plus compétitifs.
  • après l’assainissement de la situation financière de la France obtenue par la mise en œuvre du programme économique du FN, la dette se rapportant à l’infrastructure ferroviaire, actuellement portée par RFF (28,6 milliards d’euros, ndlr), sera reprise par l’Etat . Sans cette mesure, il est impossible d’obtenir l’assainissement financier du système ferroviaire ».

Source

le Front National se révèle plus que virulent, pour commencer, c’est bien la SNCF : abandon du service public, hausse des tarifs disproportionnée, offre de confort insuffisante, gratuité pour les clandestins montant à bord des trains, soumission à la libéralisation progressive du transport ferroviaire en Europe… La compagnie ferroviaire tricolore n’a pas, loin s’en faut, la mansuétude du parti d’extrême droite.

puisque le FN considère que le « problème des migrants »passe essentiellement par les trains. Ainsi écrit-elle que « la ligne Lille-Paris affiche le coût kilomètre le plus cher de France et pour bon nombre des habitants de la région les tarifs sont inabordables, alors que la situation de Calais s’aggrave, la gratuité à bord des trains SNCF permettant à des groupes entiers de personnes de venir s’ajouter à tous ceux qui s’entassent déjà dans des campements insalubres, livrés aux trafics et aux mafias ».

Le Front National rappelle sa détermination à préserver l’esprit du service public dans le rail

Source

Son parti pense en 2016 que la prime charbon existe toujours !

Lors de la dernière session du Conseil régional des Pays de la Loire, un élu du FN est intervenu dans l’hémicycle  pour dénigrer les cheminots et la SNCF. Il a demandé à la Région de faire appel à des compagnies privées et a également repris cette contre-vérité de la prime « charbon » qui existerait à la SNCF.

Source

Il suffit de faire une petite recherche pour voir que ce n’est qu’une légende

La prime de charbon n’existe plus depuis 1974, justement depuis que plus aucun train ne fonctionne au charbon

Source

Résumé sur ces positions ferroviaire :

-Pour les lignes classiques

-Faire du fret une priorité (Ferroutage / Route => Rail)

 

MERCI D’AVOIR LU CET ARTICLE

Vous pouvez commenter cet article sur le forum.

 

Commenter

commentaires

Share This: