Présidentielle 2017 : Les Politiques et le Ferroviaire – 1er Tour

Premier Tour

-237Jours -10Heures -58Minutes -19Secondes

Deuxième Tour

-223Jours -10Heures -58Minutes -19Secondes

Article mis à jour le 19/03/2017 (Ajout de candidats suite à la publications de la liste définitive)

à quelques jours des élections cet article est un avant goût d’une vidéo que je vais réalisée du moins si je ne manque pas de temp.

Ceci est donc ma propre enquête sur le monde politiques et les éventuelles proposition  pour améliorer le ferroviaire car il faut dire que la situation du ferroviaire aujourd’hui est catastrophique.

Vous allez donc voir mes différentes recherches sur les différents candidats de cet élections avec différentes citations d’articles avec leurs sources.

Je tiens à préciser que je suis apolitique et que mon opinion sur cet article sera Neutre.

Mon Enquête Candidat par candidat :

François Fillon

Soutenir « une mobilité durable » constitue le deuxième axe des propositions : priorité à la modernisation du réseau ferroviaire…

Source

C’est très bien mais c’était sans compter sur ceci :

en 2007. Pour l’inauguration officielle du TGV-Est, François Fillon s’est  déplacé … en jet. Logique, pour promouvoir la rapidité du TGV Est.

Source

Sans oublier qu’en 2008 en tant que premier ministre il avait déclarer ceci :

Le Premier ministre François Fillon a annoncé, vendredi 9 novembre, qu’un projet de loi sur une « autorité de régulation du secteur ferroviaire » serait déposé au Parlement « début 2008″.
L’un des objectifs de cette instance: “contrôler l’allocation des autorisations de passage sur le réseau et éviter que cette allocation se fasse au détriment du fret ».

Source

Pourtant depuis le fret ne s’est jamais porter aussi mal.

Autre sujet d’étonnement : la faiblesse des sommes affichées cette année. Du moins, au regard des 7 milliards d’euros d’investissement promis au secteur pour la période 2010-2020 par l’Engagement national pour le fret ferroviaire, adopté lors du précédent quinquennat, en septembre 2009. Il déclinait neuf axes d’actions : la création d’un réseau d’autoroutes ferroviaires ; une aide massive au développement du transport combiné ; le développement et la qualité du service de fret massifié au travers des trains complets ; la mise en place d’opérateurs ferroviaires de proximité (OFP) ; le développement du fret ferroviaire express ; la création d’un réseau à priorité d’utilisation fret ; la suppression des goulets d’étranglement (autour des agglomérations de Lyon et Dijon et le tronçon entre Nîmes et Montpellier) ; l’ amélioration de la desserte ferroviaire des grands ports français ; enfin, une modernisation de la gestion des  » sillons « . Sept ans plus tard, la plupart de ces objectifs restent d’actualité.

Par ailleurs il a aussi créer « L’Araf »

le Premier ministre François Fillon pour héberger la nouvelle autorité de régulation des activités ferroviaires. L’Araf (c’est son nom) va créer 60 emplois. « Cette autorité disposera d’un pouvoir de régulation, d’investigation et de sanction »

Source

Résumé sur ces positions ferroviaire :

Difficile de trouvé ces véritables positions, Il est :

-Pour la rénovation du réseau existant

-La procédure pour la construction de la LGV SEA, BPL et Nîmes-Montpellier ont était

lancée lorsqu’il était 1er Ministre.

Benoît Hamon

la décision de privilégier le ferroviaire sur le routier et la mise en place d’une Conférence de consensus « lorsqu’est établie l’existence d’un lourd impact écologique d’un grand projet d’investissement local ou national ». A ce titre, deux conférences de consensus seront réunies sur Notre-Dame-des-Landes et sur la nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin (Tav).

Source

Je consoliderai le maillage du réseau ferroviaire afin que tous les territoires soient desservis convenablement

Source

Résumé sur ces positions ferroviaire :

-Indécis sur Lyon-Turin, Préfère un consensus pour savoir, Pourquoi pas ?

-Pour les lignes classiques

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron, candidat à l’élection présidentielle, a indiqué vendredi qu’il confirmerait s’il était élu « trois grands projets » d’infrastructures « en cours », dont la nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin

Je confirme les trois grands projets en cours dont les déclarations d’intérêt public sont en train d’être obtenues, c’est à dire le Bordeaux-Toulouse (…), le Lyon-Turin et le canal Seine-Nord

Source

Dès 2014, selon L’Express, des centrales syndicales ont sollicité Emmanuel Macron« pour lui faire part de la situation de la filière ferroviaire ». Une importante fédération, poursuit l’hebdomadaire, écrivait au ministre : « A l’horizon 2017, la charge de la filière française sera de 0 caisse/wagons, avec seulement 300 en optionnel et 200 en prévisionnel. Les principales causes de ce déclin sont essentiellement liées à une mauvaise politique sur le volume TGV, une absence flagrante de schéma gouvernemental et l’abandon du fret ferroviaire. »

Source

Le délégué syndical FO d’Alstom est déçu qu’Emmanuel Macron, en déplacement mardi, dans le Valenciennois, ne s’arrête pas dans une entreprise ferroviaire, «s’il ne voulait pas venir chez Alstom ou Bombardier. Il pouvait aller chez un sous-traitant comme chez MTM à Saint-Amand (ex-Deprecq). J’ai l’impression que l’État n’a pas pris la mesure de l’urgence de la situation.

Source

Note :

Ces déclarations sont pourtant à prendre au pincette vu que les « Bus Macron » qui ont lourdement impacté le ferroviaire sont en faillite : Source

Résumé sur ces positions ferroviaire :

-Pour la LGV Bordeaux-Toulouse

-Pour le projet Lyon-Turin

-à visiblement ignorer l’alerte concernant Alstom

 

Nicolas Dupont-Aignan

POURQUOI JE REJETTE LE LYON-TURIN ET VOUS DEMANDE D’EN FAIRE DE MÊME :

1.    Le LYON-TURIN existe déjà avec la voie existante :
•120 trains de fret par jour peuvent y circuler selon SNCF Réseau or la ligne est largement sous-exploitée : il ne passe aujourd’hui que 20 trains. En utilisant la capacité disponible nous pourrions réduire de 2/3 le trafic de camions en moins dans les Alpes.
•Il ne circule aujourd’hui que 3 TGV dans chaque sens. Or les études prévisionnelles de ce chantier Lyon Turin prévoient 4 millions de passagers entre Paris et Milan, soit 11 TGV dans chaque sens. Ceci nous paraît très surestimé !

Je vous invite à consulter la source pour lire la totalité de son argument.

Source

En 2012 il déclarait :

Dupont-Aignan, qui se revendique gaulliste, prône une «renationalisation»des transports publics et propose d’injecter 10 milliards d’euros pour le transport ferroviaire (TGV, RER et TER), somme qu’il retirerait des 35 milliards d’euros consacrés au «pharaonique»Grand Paris.

 

 le candidat de Debout la République de déplorer que le TGV soit «devenu un produit de luxe» inaccessible pour des familles modestes: «C’est devenu une pompe à fric pour la SNCF et c’est inacceptable», a-t-il lancé en réclamant des «tarifs régulés»par l’Etat.

Source

 

Il n’y a pas de concurrence possible pour le train. On l’a vu en Angleterre ».

Source

 

Résumé sur ces positions ferroviaire :

-Contre le projet Lyon-Turin

-Pour la renationalisation de la SNCF

-Contre l’ouverture à la concurrence

Jean-Luc Mélenchon

 

Je m’oppose à ce nouveau «grand projet inutile » (Lyon-Turin), comme je l’ai déjà fait lors de plusieurs votes au Parlement européen aux côtés de mes collègues eurodéputés italiens.

La ligne ferroviaire actuelle entre la France et l’Italie permet de mettre immédiatement 2 000 camions par jour sur des trains. Et donc de diminuer rapidement la pollution dans les vallées alpines, sans attendre l’issue d’un chantier aussi gigantesque qu’incertain.

Au niveau régional également avec le doublement des voies uniques entre Grenoble et Valence, entre Aix-les-Bains et Annecy, entre Saint-Etienne et Clermont-Ferrand ; la décongestion du nœud ferroviaire lyonnais (traversée et sortie Sud) et l’amélioration de la desserte Grenoble-Lyon.

Source

 

Il ce montre passionnée du ferroviaire avec cette lettre aux cheminots en 2014.

 

Refuser la mise en concurrence du transport ferroviaire.

Source

 

J’ai voté contre 4 paquets ferroviaires au Parlement européen !

Source

Note :

N’oublions pas non plus cet altercation à Périgueux

Résumé sur ces positions ferroviaire :

-Contre Lyon-Turin

-Pour les lignes classiques et leurs améliorations

-Contre l’ouverture à la concurrence

 

Nathalie Arthaud

Je ne pas trouvé d’articles traitant du sujet ferroviaire par ce candidat.

Marine Le Pen

Pour la patronne du Front National, il s’agit « d’une mission régalienne de l’Etat », et les politiques des collectivités locales doivent être harmonisées avec la création d’une « structure commune ». La candidate frontiste veut aussi rétablir un « système ferroviaire intégré autour de l’opérateur historique »

L’ouverture à la concurrence n’est pas forcément une mauvaise chose à partir du moment ou elle est perçue comme un moyen et non pas comme une fin en soit.

« Nous soutiendrons » :

  • toute mesure visant à l’équilibre et à la complémentarité entre les moyens de transport
  • toute mesure visant à désengorger le réseau routier et un certain nombre de nœuds ferroviaires, notamment dans le domaine du fret
  • toute mesure visant à assurer la sécurité des passagers dans les transports collectifs
  • toute mesure visant à défendre le principe de la continuité de service dans les transports publics (ce principe s’inscrivant dans la définition même du service public).

Propositions :

  • la mise en œuvre d’un cadre réglementaire fixant les structures et le périmètre du service public, ainsi que le positionnement et les responsabilités des acteurs publics ou/et privés.
  • concernant le fret, favoriser la mise sur les rails d’opérateurs ferroviaires de proximité permettant de massifier les flux à des coûts plus compétitifs.
  • après l’assainissement de la situation financière de la France obtenue par la mise en œuvre du programme économique du FN, la dette se rapportant à l’infrastructure ferroviaire, actuellement portée par RFF (28,6 milliards d’euros, ndlr), sera reprise par l’Etat . Sans cette mesure, il est impossible d’obtenir l’assainissement financier du système ferroviaire ».

Source

le Front National se révèle plus que virulent, pour commencer, c’est bien la SNCF : abandon du service public, hausse des tarifs disproportionnée, offre de confort insuffisante, gratuité pour les clandestins montant à bord des trains, soumission à la libéralisation progressive du transport ferroviaire en Europe… La compagnie ferroviaire tricolore n’a pas, loin s’en faut, la mansuétude du parti d’extrême droite.

 

puisque le FN considère que le « problème des migrants »passe essentiellement par les trains. Ainsi écrit-elle que « la ligne Lille-Paris affiche le coût kilomètre le plus cher de France et pour bon nombre des habitants de la région les tarifs sont inabordables, alors que la situation de Calais s’aggrave, la gratuité à bord des trains SNCF permettant à des groupes entiers de personnes de venir s’ajouter à tous ceux qui s’entassent déjà dans des campements insalubres, livrés aux trafics et aux mafias ».

Le Front National rappelle sa détermination à préserver l’esprit du service public dans le rail

Source

Son parti pense en 2016 que la prime charbon existe toujours !

Lors de la dernière session du Conseil régional des Pays de la Loire, un élu du FN est intervenu dans l’hémicycle  pour dénigrer les cheminots et la SNCF. Il a demandé à la Région de faire appel à des compagnies privées et a également repris cette contre-vérité de la prime « charbon » qui existerait à la SNCF.

Source

Il suffit de faire une petite recherche pour voir que ce n’est qu’une légende

La prime de charbon n’existe plus depuis 1974, justement depuis que plus aucun train ne fonctionne au charbon

Source

Résumé sur ces positions ferroviaire :

-Pour les lignes classiques

-Faire du fret une priorité (Ferroutage / Route => Rail)

François Asselineau

François Asselineau, du haut de son mirifique résultat de 0,94% des suffrages en Ile-de-France, se permet d’expliquer en quoi les autres candidats n’avaient rien compris en se consacrant aux thématiques régionales comme les problèmes de circulation ou de transports ferroviaires!

Source

Je suis en faveur de la renationalisation ou de l’interdiction de privatisé les services publique

J’estime que la SNCF doit retrouver son monopole

Si c’est possible oui il faudra développer le ferroutage

Résumé sur ces positions ferroviaire :

-Renationalisation de la SNCF

-Pour le ferroutage (Route => Rail) si possible.

Philippe Poutou

Le NPA considère le chemin de fer comme devant relever d’une mission de service public et d’intérêt général. Son organisation toute entière doit permettre le développement d’un transport ferroviaire de masse, accessible au plus grand nombre, tant en terme de desserte que de prix. A l’inverse des logiques capitalistes qui imprègnent les réformes de ces dernières décennies, le NPA revendique le maintien du monopole public de la SNCF et l’intégration de l’infrastructure et l’exploitation au sein de l’entreprise publique SNCF, avec un seul statut unique pour l’ensemble du personnel, dans le but de promouvoir une coopération entre les services, un travail et des investissements en commun à court et à long terme.

Le NPA s’oppose à l’ouverture à la concurrence du transport de voyageur et soutiendra toutes les luttes menées par les cheminots pour s’y opposer. Il considère que les usagers auraient tort de voir en la mise en concurrence une solution pour améliorer la qualité du service et le niveau tarifaire.

Source

Résumé sur ces positions ferroviaire :

-Contre l’ouverture à la concurrence

 

Jacques Cheminade

Je ne pas trouvé d’articles traitant du sujet ferroviaire par ce candidat.

Jean Lasalle

Il y a dix ans, lorsque je travaillais à la réalisation du tunnel du Somport, on me conseillait plutôt de développer le transport ferroviaire. Aujourd’hui, que je m’y suis attelé, j’entends dire qu’il ne faut plus rien lancer.

Source

Le député aspois (MoDem) Jean Lassalle est « pour le symbole de la Pau-Canfranc », mais avec un train adapté et électrifié. Il est donc sceptique sur les chances d’Alain Rousset d’aller au bout du projet : « La bataille du rail commence réellement maintenant. Alain Rousset ne trouvera personne qui en fera une priorité. Il n’y a aucune marge de manoeuvre. »

Source

Résumé sur ces positions ferroviaire :

-Pour les lignes classiques

-Sceptiques sur certains projet ferroviaire

Conclusion

Le ferroviaire est traité plus ou moins prioritairement par les différents candidats, c’est pourtant l’un des transports les plus important et qui est utilisée par des milliers de français chaque jours.

 

Bien sûr le ferroviaire n’est pas le seul sujet important en France mais si cet article peut vous forger votre propre opinion et je dit bien votre propre opinion ! Sur les différents candidats à cet élections alors tant mieux pour vous et je vous recommande de regarder les différents programme de chacun des candidats car ce n’est pas à moi de vous dire pour qui vous devriez voter.

 

N’hésitez pas à me dire si j’ai oubliée certaines propositions (ferroviaire bien sûr) de certains candidats.

 

 

Commenter l’article sur le forum.

 

Commenter

commentaires

Share This: